Rien pour acquis


.

.
La vie, c’est comme aller à bicyclette.
Il faut avancer
pour ne pas perdre l’équilibre.
.
« Essayons de ne rien prendre pour acquis…
Les petites choses simples
que nous retrouvons chaque matin
ont l’air de rien,
mais elles contiennent
tout le parfum de la vie… »
(M. Maiello )
.

.

Retirons les nuages…


.

.
« Les nuages sont dans toute vie.
L’encombrement peut se manifester au fil des années
par une accumulation de pensées négatives,
d’émotions non exprimées,
de douleurs physiques récurrentes,
de tensions diverses dans le corps,
de sensation de stress intense, d’angoisse
ou d’anxiété permanente, etc…
.
Ceci étant la conséquence,
pour la plupart d’entre nous,
de nos croyances qui ont construit notre façon
d’appréhender le monde et ses difficultés.
C’est ainsi qu’au fil du temps,
nous nous retrouvons ensevelis
sous d’imposantes couches émotionnelles
qui deviennent un manteau lourd à porter.
.
Il nous faut commencer par lâcher prise et
par accroître notre capacité
à devenir de simples observateurs
conscients et bienveillants
de ce qui se manifeste
en nous à chaque instant.
Ce travail de pleine conscience
développe en nous notre capacité à Etre
et non à Faire …
selon les croyances de notre mental.
.
L’accueil inconditionnel de l’instant présent
étant la clé d’accès
à une présence calme et sereine.
 » Auteur inconnu »
.

.

Pilules : contre la soiffff…..!

.

«-Bonjour, dit le petit prince.
-Bonjour, dit le marchand.»
C’était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif.

On en avale une par semaine et l’on n’éprouve plus le besoin de boire…
.
«-Pourquoi vends-tu ça ?, dit le petit prince.
-C’est une grosse « économie de temps », dit le marchand.
Les experts ont fait des calculs :
On épargne cinquante-trois minutes par semaine.
Et que fait-on de ces cinquante-trois minutes ?
On en fait ce que l’on veut…»
.
«-Moi, se dit le petit prince,

si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser,
je marcherais tout doucement vers une fontaine. »

(Antoine de Saint-Exupéry)

.

.

.

Bonne Fête Canada!

Chaque année, la Fête du Canada

rappelle aux 34 millions de Canadiens et Canadiennes

leur fierté de vivre

dans le deuxième plus grand pays au monde

« en terme de superficie ».

Le 1er juillet commémore la création

de la Confédération Canadienne

par l’Acte de l’Amérique du Nord…

qui prit effet le 1er juillet 1867.
Dès l’année suivante, une proclamation encourageait

les habitants de ce nouveau pays
à célébrer ensemble ce jour anniversaire.

.

.

Dans l’ancien temps…Nos ancêtres:

Je pensais aux gens qui ont vécu, il y a très longtemps.

Ils n’avaient pas le confort que l’on a maintenant.

Car sans électricité, y avez-vous pensé?

Que ferions-nous toute la journée?

.

Laveuse, sécheuse, réfrigérateur et lave-vaisselle,

Pour nous, ce sont des choses essentielles.

La radio, vidéo, système de son et télé,

Comment pourrait-on s’en passer?

Le téléphone pour l’ordinateur,

pour parler aux parents et amis,

C’est quelque chose de merveilleux dans la vie.

.

J’ai lu un livre, sur ce qu’ils faisaient dans le temps.

La plupart étaient des cultivateurs

et à la campagne ils vivaient.

Imaginez pendant 4 saisons,

tous les beaux paysages qu’ils voyaient.

Les femmes filaient la laine de leurs moutons.

Et tricotaient de jolies choses,

pour leur mari et leurs garçons.

Pendant que les filles de la maison faisaient à manger.

Avec le beurre fraichement baratté,

les légumes et fruits frais de leur potager.

Dire que, nous, très souvent,

on mange des produits congelés.

Le goût ne doit pas être le même, j’en suis assuré.

Pendant que les hommes s’occupaient

des animaux et de leurs champs.

dehors au bon air, s’amusaient les enfants.

.

Souvent on faisait des veillées,

où tous les voisins étaient invités,

On voyait arriver les amoureux,

les parents avec leurs enfants en boghei.

Puis, la musique commençait, piano,

violon et accordéon.

Les gens dansaient des “reels”,

c’était la tradition.

Les hommes buvaient du caribou.

Les femmes du vin de gingembre, connaissez-vous?

Quand la soirée était terminée,

tout le monde allait se coucher.

Mais ils avaient accumulé,

de quoi parler jusqu’à la prochaine veillée.

.

Ces gens étaient-ils heureux ?…

Ils ne connaissaient pas mieux.

Mais nous, sommes-nous aussi plus heureux ?

Que chaque personne réponde comme elle veut!

(auteur Sophie)

Québecois, connaissez-vous ces emblèmes?


.
Le 24 juin : C’est notre fête nationale !
La première…
Une autre la semaine prochaine.
Oui, un pays dans un pays !
.

.
Depuis 1999, le bouleau jaune et l’iris versicolore
sont officiellement des « emblèmes du Québec ».
Désignés pour représenter chacun
un aspect de la culture
et de l’histoire québecoise,
ils incarnent nos sources de fierté
et ce qui nous forge en tant que peuple.
.

.
Mais le harfang des neiges a aussi été choisi
« emblème aviaire »,
le miroir d’un peuple.
Pour quelles raisons?
Parce que cet oiseau a su s’adapter à des conditions difficiles
et on fait tout naturellement le parallèle avec les colons qui,
lorsque l’hiver arrivait, devaient trouver des solutions,
pour s’adapter à une époque où les moyens étaient très limités.
On fait donc l’analogie avec les Québecois qui,
peu importe la situation,
ont une grande capacité d’adaptation.

(texte: Journal de Montréal)
.

Ma Mauricie:

.

.

 

Previous Older Entries